mercredi 11 janvier 2012

Un petit rafraîchissement

Les tanches,

L’autre jour, je me suis réveillée avec une envie d’avoir 3 cm de cheveux en moins.

Contrairement à beaucoup de filles, je n’ai jamais vécu le « traumatisme du coiffeur », celui où tu demandes 1cm en moins et repars avec 5 et les pointes effilées.

En fait, j’aime bien bien bien aller chez le coiffeur.

Non, en fait, j’aime bien bien bien aller voir Benjamin qui fait des œuvres d’art avec mes cheveux, mais de manière assez subtile pour que l’instance maternelle ne me dise pas : « haaaaan, mais qu’est-ce que t’as fait avec tes cheveux ? ».

Dans ma relation avec Benjamin, j’aime bien créer le manque. Donc je n’y vais que tous les 6 mois. Pour (ahem quelques euros), il me fait la totale : la couleur de fou qu’on dirait pas que j’ai une couleur, mais si j’ai une couleur, d’ailleurs c’est pas une couleur, c’est un gloss. La coupe « je prends les ciseaux et j’ai l’air de faire n’importe quoi avec mais c’est génial ». Et le brushing. Le brushing de Benjamin, c’est un truc que quand tu sors du gagnes +20 de sex appeal.

Bon, mais je suis pas là pour parler de Benjamin.

L’autre jour, justement, comme ça ne faisait pas encore 6 mois, je suis allée au coin de ma rue. Pour résumer, « c’était bien, mais ».

Mais on m’a interrompue en plein milieu d’un article passionnant de VSD sur Bernadette Chirac.

Mais on ne m’a pas fait de masque. Ni de passage du crâne.

Mais on m’a demandé si je voulais avoir les pointes effilées. Et j’ai dit « non merci, j’aimerais essayer de ne pas vous ressembler ».

Mais on m’a dit « on les sèche au naturel ? ». Et j’ai dit « non, on leur fait un brushing, je suis pas là pour tricoter ». Et après les avoir un peu séchés, on m’a redit « vous êtes sûre que vous n’aimez pas au naturel ? ». Et j’ai répondu : « non, je sais que ca te fait chier de me faire un brushing, mais regarde, là, j’ai l’air d’un caniche, et avec le taux d’humidité dehors, dans 5 mn je ressemble à un mouton ». DONC TU ME FAIS CE PUTAIN DE BRUSHING.

Benjamiiiiin, plus que trois mois avant nos grandes retrouvailles !

Can’t wait.

1 commentaire:

  1. Heu, j'ai pas bien compris, mais pourquoi tu n'as pas été voir Benjamin directement ?... Il officie loin de chez toi, peut-être ?

    Et je déteste aussi les points effilées.

    RépondreSupprimer